What about Buzz ?

Attribué au marketing viral, le mot est sur toutes les lèvres depuis un peu plus de deux ans, alors en direct d’About Marketing, petit point sur un nouveau mode de communication qui fait « mouche ».

Traduit en français, le buzz devient « bouche à oreille » et là, tout s’éclaire. Le buzz consiste en effet à faire du bruit autour de quelque chose (produit, marque, chanson). Autrement, dit, j’en parle à mes amis, qui en parlent à leurs amis et ainsi de suite. La particularité de ce bouche à oreille est que son support est…internet! Il prend alors des proportions énormes, faisant sur son passage des bienheureux ou … des malheureux !

Certains artistes ont eu la chance de faire partie de la première catégorie. On se souvient de Kamini et son tube « Marly-Gomont » : le clip, conçu avec les moyens du bord, a connu un succès fou sur internet, est passé de forums en forums, jusqu’à intéresser les maisons de disques. Ces dernières se le sont arraché et c’est finalement Sony, qui produit maintenant le bienheureux Marlytron.

Même histoire pour « Garçon » le tube rap du moment. La chanteuse Koxy avait envoyé sa chanson à sa petite cousine pour lui demander son avis. Celle-ci l’a envoyé à tous ses amis, et tous ceux qui ont trop « kiffé » l’ont envoyé à leurs copains et ainsi de suite jusqu’à parvenir aux oreilles d’une maison de disques qui propose à la chanteuse de faire un clip, on connaît la suite.

Mais le buzz, peut aussi faire des malheureux. En effet, à travers les blogs, véritables supports de ce phénomène, des consommateurs mécontents peuvent faire une mauvaise réputation à un produit, et certaines marques ont ainsi vu leurs ventes chuter. Le buzz négatif, la marque Kriptonite en a fait les frais il y a quelques mois, lorsque des étudiants ont montré sur une vidéo de blog comment ils parvenaient à ouvrir avec de simples stylos, l’antivol pour vélo de la marque, qui se voulait inviolable.

Face à ce phénomène croissant qu’elles redoutent, de grandes entreprises ont même créé des cellules de veille chargées de surveiller la réputation de leurs produits sur la blogosphère, une mesure intéressante, pour éviter d’être mal buzzé !