La personnalisation des biens de consommation

De plus en  plus d’entreprises proposent aujourd’hui une offre personnalisée à leurs clients. On assiste à ce phénomène dans des secteurs comme le luxe bien sûr, avec la possibilité d’insérer ses initiales sur un objet, ou encore dans l’industrie automobile avec une personnalisation qui va de la couleur de la carrosserie jusqu’au GPS intégré ou non au véhicule. Or, cela s’étend aujourd’hui aux biens de consommation courante, comme par exemple la marque M&M’s qui propose une customisation de ses bonbons.

Quelles raisons pourraient expliquer cette personnalisation des produits ?

D’un coté, cela peut provenir d’une évolution des attentes des consommateurs. On peut noter une saturation des consommateurs vis-à-vis d’une offre uniformisée et imposée. Aujourd’hui, le client est bien moins passif dans son mode de consommation. Il est impliqué dans son acte d’achat. Sa consommation doit refléter à la fois ses valeurs, ses goûts, sa personnalité.  D’où cette recherche du « produit unique ».

D’autre part, ce phénomène suit aussi l’évolution de la relation client/marque qui s’opère depuis quelques années. Les entreprises cherchent aujourd’hui à créer un véritable lien personnalisé entre elles et leurs consommateurs afin de les fidéliser. Cela est un moyen de conserver des parts de marché dans un univers très concurrentiel comme celui de la grande consommation. Ainsi, les marques tentent d’établir un contact direct et personnalisé avec leurs clients via différents procédés de marketing relationnel. Et la possibilité de personnaliser ses biens de consommation est certainement un des moyens de créer un vrai lien entre l’acheteur et la marque.

Mais si ce phénomène de personnalisation des produits a du succès aujourd’hui, cela n’aurait sûrement pas été le cas il y a quelques années. En effet, le point commun entre les entreprises concernées est de proposer ce service via une plateforme de vente sur Internet (leurs réseaux de distribution « classiques » imposent de proposer  une offre uniforme). Or les mentalités des internautes vis-à-vis de la vente sur Internet ont beaucoup évolué en quelques années. Les consommateurs sont maintenant beaucoup moins réticents à faire leurs achats sur Internet. Les chiffres le prouvent : d’après la FEVAD (Fédération du e-commerce et de la vente à distance), le chiffre d’affaires de l’ensemble des sites de ventes en ligne était de 5,7 milliards d’Euros en 2004 pour atteindre 16 milliards d’euros en 2007. Cette forte croissance du commerce en ligne laisse présager que les sites de personnalisation des produits pourraient eux aussi encore se développer dans les prochaines années. D’autant plus que cette offre semble tout à fait adaptée aux attentes des consommateurs et à la volonté des entreprises de créer un lien personnalisé entre elles et leurs clients.